La newsletter éditoriale : tout ce que vous devez savoir pour une newsletter percutante

Restez informé.e via les newsletters de Badsender

Chaque mois, nous publions une newsletter sur l’email marketing et une infolettre sur la sobriété et le marketing. Pour avoir plus de détails sur le contenu et le rythme de nos communications, rendez-vous ici.

Votre adresse email servira uniquement à vous envoyer nos newsletters et nos invitations. JAMAIS ô grand jamais, nous ne la communiquerons à un tiers. Vous pourrez vous désabonner à tout moment en un seul clic.

Depuis quelques années, la newsletter retrouve une partie de sa noblesse. Surtout lorsqu’on lui redonne le sens d’infolettre. Cette lettre d’information, éditoriale, parfois quotidienne, parfois hebdomadaire ou mensuelle, qui aborde des sujets d’actualité et de fond. La production de newsletters concerne tout type d’organisation : association, institution, collectivité, entreprise. Facile et rapide à créer, peu onéreux, sans dépendance aux GAFAMs. Il y en a de plus en plus, sur tous les sujets et avec des beaux succès. Il y a même des évènements physiques dédiés comme le Festival de l’Infolettre et des plateformes dédiées comme Substack.

Live ! Tout savoir sur la vraie newsletter (ou l’infolettre)

Comment la rédiger ? Quels contenus intégrer ? “Et si je n’ai rien à dire ? Ma boite ne parle que de promo !” Comment collecter des abonnés ? Comment analyser les performances d’une newsletter ? Bref tout ce que vous devez savoir pour mettre en place une newsletter percutante !

Table des matières

Qu’est-ce qu’une newsletter ? Définition.

Une newsletter, au sens d’infolettre, est une lettre d’information périodique envoyée par email à un groupe d’abonnés intéressés par un sujet spécifique.

Elle est utilisée par les marques et les organisations pour partager des actualités, des articles, des éditoriaux, des informations, des conseils, des astuces ou tout autre contenu pertinent avec leur public cible. L’infolettre peut avoir un objectif commercial ou journalistique.

Elle est généralement rédigée de manière éditoriale, contient des liens vers des articles, et est conçue de manière attrayante pour inciter les destinataires à lire et à interagir avec le contenu.

Ne pas confondre newsletter d’information et emailing commercial !
Depuis des années, le terme “newsletter” est malmenée. Sa traduction littérale est lettre d’information. Elle est donc faite pour informer un public. Malheureusement, les marques l’ont complètement détournée pour promouvoir leurs produits et surtout les vendre !
Aujourd’hui quand nous nous inscrivons à une newsletter, nous avons de fortes chances de recevoir des emails contenant des codes promotionnels et des réductions à tout va et à un rythme effréné.
N’appelons pas newsletter ce qui n’en est pas !

Quels sont les objectifs de la newsletter éditoriale ?

Pour une marque, une newsletter au sens éditoriale du terme, a pour objectif de :

  • Informer : Le principal objectif de l’infolettre est de transmettre de l’information. Et même si c’est une newsletter d’entreprise, il convient d’être le plus proche possible de certaines règles journalistiques : dire la vérité, être rigoureux et exact, être impartial, veiller à l’équité, …
  • Ne pas se faire oublier : envoyées de manière régulière, les newsletters permettent de maintenir une présence régulière et de garder le contact avec les abonnés.
  • Générer des ouvertures, des clics pour engager la cible sur le long terme.
  • Créer un lien émotionnel, une relation plus profonde avec les lecteurs, via un ton de voix spécifique à la marque. Cela aide à se démarquer de la concurrence et à développer une image de marque solide.
  • Sortir du modèle promotionnel : les newsletters offrent l’occasion de parler autrement, en évitant l’approche purement promotionnelle. Elles permettent de partager des expériences, de susciter l’intérêt et de créer une relation plus profonde avec les abonnés.
  • Réduire la pression marketing : les emails promotionnels sont souvent perçus comme intrusifs et agressifs. En revanche, les newsletters offrent une approche plus douce et moins insistante. Elles permettent de maintenir une présence régulière et de garder le contact avec les abonnés sans les bombarder de messages promotionnels incessants.

Bref, une newsletter offre à une marque l’opportunité de communiquer de manière plus complète, engageante et durable avec son public cible. Elle favorise la fidélisation, renforce la confiance, permet de sortir du modèle promotionnel traditionnel et réduit la pression marketing.

Dans une organisation de taille conséquente, la newsletter interne, destinée à l’ensemble des employés est un très bon outil de communication : nouveau collaborateur, actualité groupe, projets à venir, agenda…

La newsletter est-elle aussi adaptée aux entreprises B2B que B2C ?

Oui ! La newsletter est adaptée aussi bien aux entreprises B2B que B2C qui vendent des produits ou des services. La newsletter peut même avoir d’excellentes statistiques en B2B (voir la section ci-dessous qui parle des performances attendues).

Quels types de contenus aborder dans une newsletter ?

Dans une newsletter, vous pouvez aborder différents types de sujets afin d’engager vos abonnés et de fournir de la valeur. Il est important d’avoir une idée claire des préoccupations de vos lecteurs et de ce qui les rend heureux ! Pour connaître leurs préoccupations, menez des entretiens semi-directifs : interrogez votre service client, votre service après-vente, votre service commercial. Demandez-leur de vous lister les questions qui leur sont le plus souvent posées. Menez ces interviews de vive voix, rebondissez à leur propos et creusez, creusez, creusez.

Donnez la parole à vos lecteurs ! Demandez-leur les sujets qu’ils aimeraient voir abordés dans une prochaine newsletter. Rien de mieux pour engager sa communauté !

Bloc Appel à la communauté
Exemple de bloc « Appel à la communauté » inséré dans une newsletter

Voici quelques idées de sujets en vrac :

  1. Actualités de votre entreprise : Partagez les dernières nouvelles, les préoccupations du moment et les mises à jour importantes concernant votre entreprise.
  2. Actualités du secteur : Partagez les dernières tendances, les études de marché et les nouvelles importantes de votre secteur d’activité. Cela positionne votre entreprise en tant que source d’information fiable et permet à votre public d’être informé des développements clés.
  3. Articles de votre blog : Incluez des liens vers des articles de blog récents que vous avez publiés. Cela permet à votre public de rester informé sur les sujets qui les intéressent.
  4. Opinions et valeurs : N’hésitez pas à publier des points de vue, par exemple sous forme d’éditoriaux rédigés par vos collaborateurs.
  5. Conseils et astuces : Fournissez des conseils pratiques et des astuces liés à votre domaine d’activité, à vos produits ou services. Cela aide à positionner votre entreprise en tant qu’expert et à fournir une valeur ajoutée à votre public.
  6. Prix : Expliquez comment vous fixez vos prix et pourquoi, par exemple, vous ne pouvez pas faire de réduction.
  7. Témoignages clients : Mettez en avant les témoignages de clients satisfaits. Cela renforce la confiance envers votre entreprise et encourage les autres clients potentiels à faire affaire avec vous.
  8. Nouveaux produits ou services : Annoncez les nouveaux produits ou services que vous proposez. Cela permet à votre public de rester à jour sur vos offres, sans oublier d’expliquer quels sont les besoins que vous adressez avec ces produits.
  9. Relai et replay de vos lives, webinars, podcast
  10. Événements à venir : Informez votre public des événements à venir, tels que des webinaires, des conférences ou des ateliers. Cela leur donne l’opportunité de participer et de rester connectés à votre entreprise.

Adaptez les contenus de votre newsletter en fonction de votre public cible et de leurs intérêts. Plus vous pouvez fournir une valeur ajoutée et répondre aux besoins de votre public, plus votre newsletter sera efficace.

Ne vous regardez pas le nombril !
Ne parlez pas que de vous ! Si vous êtes des experts dans votre domaine, c’est l’occasion de montrer que vous êtes impliqué dans votre communauté d’expertise. Cela veut dire inviter d’autres experts (éventuellement indépendants), mettre l’accent sur des collaborations, parler d’initiatives tierces, … De cette manière votre expertise sera encore renforcée. (un exemple plus bas dans cette page)

Quel modèle de contenu pour une newsletter ?

Dans une newsletter (comme dans un emailing d’ailleurs), il faut réfléchir sous forme de blocs de contenus.

Voici les principaux blocs de contenus que nous retrouvons généralement dans les newsletters :

  1. Bloc Header : Il comprend le logo de l’entreprise (parfois un logo spécifique à la newsletter) + un bouton “Je transfers” pour partager la newsletter (un simple “mailto” peut suffire).
  2. Bloc Edito : L’édito est une formidable occasion pour partager vos convictions et vos prises de paroles fortes en partageant vos convictions, vos questionnements, vos succès et vos échecs : Cela permet de créer une transparence et de renforcer la confiance des destinataires.
  3. Bloc “En bref” : Si vous avez beaucoup d’articles à partager, la newsletter éditoriale peut être longue. Il est alors intéressant d’insérer un bloc de 3-4 lignes qui résume les sujets principaux de la newsletter.
  4. Bloc Article à la Une : Il s’agit de placer assez haut dans la newsletter le sujet principal, celui qui intéressera le plus votre cible. N’hésitez pas à placer un visuel, si il a une valeur ajoutée pou votre cible, et un style de CTA primaire.
  5. Autres blocs Articles: Incluez des liens vers des articles de blog, des guides, des études de cas ou d’autres contenus pertinents que vous avez publiés sur votre site web. Cela offre une valeur ajoutée à vos abonnés et les encourage à visiter votre site pour en savoir plus.
  6. Bloc Conseils et astuces : Fournissez des conseils pratiques, des astuces ou des bonnes pratiques liées à votre domaine d’activité. Cela peut aider vos abonnés à résoudre des problèmes, à améliorer leurs compétences ou à mieux comprendre un sujet spécifique.
  7. Bloc Témoignage client : Mettez en avant les témoignages de clients satisfaits. Cela renforce la confiance envers votre entreprise et encourage les abonnés à envisager de faire affaire avec vous.
  8. Bloc podcast, bloc vidéo : Il permettent d’apporter une touche multimédia à votre newsletter. Mais attention, plus que de faire consommer un podcast ou une vidéo, votre objectif est d’inciter vos destinataires à s’inscrire à votre chaîne Youtube ou à s’abonner à votre podcast sur leurs plateformes préférées.
  9. Bloc Agenda : Créez une liste des événements à venir concernant votre entreprise ou votre secteur d’activité : Informez vos abonnés des événements à venir, tels que des webinars, des conférences, des ateliers ou des salons professionnels. Cela leur permet de planifier leur participation et de rester connectés à votre entreprise. N’hésitez pas à demander à vos lecteurs d’organiser un évènement avec vous !
  10. Bloc Partager la newsletter : Si vos contenus sont tops, vos contacts transfèreront votre newsletter à leur entourage. L’idée ici est que vous leur soumettiez cette idée et que vous entrainez la personne à s’inscrire à votre newsletter. Cela vous fera un abonné de plus ! Si vous n’avez pas de scénario de partage, un simple “mailto” suffit.
  11. Bloc de réassurance : Un bloc qui récapitule les valeurs de votre entreprise et qui renforce votre position d’experts.
  12. Bloc Footer : Avec bien entendu les mentions légales et le lien de désabonnement qui va bien et si, vous avez, un lien vers votre centre de préférences.

Comment rédiger une newsletter percutante ?

Il ne faut pas se mentir, la rédaction d’une newsletter demande du travail et du temps, et c’est tout à fait normal. En réalité, c’est l’étape qui devrait vous prendre le plus de temps (plutôt que le design, l’intégration HTML ou la configuration de la campagne).

Les bonnes pratiques de rédaction d’une newsletter

Pour que votre rédaction soit de qualité, il existe un certain nombre des règles d’hygiènes rédactionnelles de base :

  • Le message essentiel dès le début: qu’avez-vous envie que votre lecteur retienne de votre newsletter ? Les informations essentielles doivent se retrouver dans l’objet, le preheader et le titre principal de votre newsletter. Raisonnez du plus important au moins important.

Exemple : vous devez parler du nouveau logiciel de facturation de votre entreprise. Qu’est-ce qu’il change dans la vie des utilisateurs ? Du temps de gagné dans la saisie ? une plus grande fiabilité ? des économies ? Votre message essentiel, placé dans le titre, sera alors l’un ou l’autre de ces sujets, mais en aucun cas « un nouveau logiciel de facturation », formulation très pauvre en information. L’angle oblige à s’interroger sur la meilleure attaque afin que le lecteur se sente concerné.

  • 1 idée par paragraphe
  • Des phrases courtes au style actif qui vont droit au but.
  • Un ton parlé, des mots simples compris par tout le monde.
  • Hiérarchisez les informations : catégorie, titre, sous-titre, texte, CTA. C’est à vous de guider vos lecteurs pour faciliter la compréhension de votre texte. Soyez efficace, balisez-lui le chemin.
  • Enfin, lisez votre texte à haute voix pour vous assurer de la fluidité. Si vous butez sur un mot, réajustez.

Rédiger un email avec un ton de voix bien identifiable

Rédiger correctement une newsletter, c’est bien. Au moins, vos messages seront compréhensibles. Mais, ce n’est pas seulement grâce à une bonne rédaction que vous parviendrez à maintenir l’intérêt de vos lecteurs à long terme. Ce n’est pas seulement cela qui les mettra en joie, qui leur procurera une émotion, un attachement particulier envers votre marque.

Pour captiver votre lecteur, pour susciter son envie de vous lire, pour qu’il soit ravi de recevoir vos newsletters et pour apporter ce « petit quelque chose » en plus, il est nécessaire d’avoir un style de marque bien identifiable : un véritable “tone of voice” comme disent les anglo-saxons.

Le « tone of voice » ou « ton de voix » en français, englobe :

  • Le choix des mots et du vocabulaire : sophistiqué ? décontracté ? drôle ? graveleux ?
  • Le choix de la conjugaison des verbes : le présent bien évidemment mais pour le reste impératif ou subjonctif ?
  • Le choix du rythme des phrases : point d’interrogation, d’exclamation, suspension
  • La façon de dire Bonjour et Au revoir : la personnalisation du Prénom ? ou Chère Madame Michu ? ou Cher.e client.e ?
  • La manière de communiquer avec son audience : Vouvouyer ? ou tutoyer?
  • Le choix de l’écriture : inclusive ou traditionnel ?

Vous le voyez maintenant, le tone of voice permet à une marque d’exprimer son identité, ses valeurs et sa culture de manière cohérente à travers tous ses supports de communication, y compris les newsletters.

Pour définir votre tone of voice, celui qui sera vraiment le vôtre qui collera à votre marque, vous devez avoir une vision claire de :

  • La posture de votre marque : plutôt coach ? plutôt donneur d’ordre ? plutôt conseiller ? plutôt bonne fée ?
  • Les traits de caractère de votre marque : rock and roll ?
  • Vos aspérités de langage : qu’est ce qui vous distingue à l’écrit ?

Si votre entreprise dispose d’une charte éditoriale, vous devriez pouvoir recueillir suffisamment d’informations pour savoir comment aborder vos abonnés. Si vous n’avez pas de charte éditoriale, pas de panique ! Vous pouvez vous constituer un cadre des écrits pour vos newsletters. L’important est d’être cohérent dans la manière dont vous vous adressez à vos abonnés. Évitez d’utiliser un style pompeux un jour et un style rock star le lendemain.

Est-ce mal si ChatGPT (ou tout IA) rédige le contenu de votre newsletter ?

L’IA peut vous faire gagner du temps dans la rédaction de vos campagnes. Cependant, il est essentiel d’avoir des idées claires sur ce que vous souhaitez mettre en avant (au moins les points clés) et de savoir utiliser correctement un prompt. Mais attention, dans tous les cas, une révision humaine reste indispensable pour éviter des newsletters trop uniformes et surtout pour s’assurer que vos écrits correspondent à votre ton de voix ! Bref, ce n’est pas si simple, même avec ChatGPT !

Les outils de routage s’empressent d’inclure de l’IA dans leurs fonctionnalités (rédaction d’objet, de préheader, et de contenus). Mais les tests réalisés jusqu’à présent ne sont pas folichons folichons.

Est-ce une bonne idée d’automatiser le contenu et la rédaction d’une newsletter ?

Il est évident que si vous êtes dans le secteur de la presse, par exemple, et que vous envoyez une newsletter par jour pour informer vos abonnés des actualités, il sera difficile de ne pas automatiser la production de vos emails.

Il existe plusieurs solutions pour automatiser la création de vos contenus en récupérant les informations du jour à partir d’un système d’information distant (un site web ou autre). Cependant, le problème est que le titre de l’article est repris tel quel dans la newsletter et que les 200 premiers caractères sont également repris tels quels.

Mais, le canal email est un canal bien distinct du web ou du papier ! Les lecteurs lisent leurs newsletters en quelques secondes, il est donc nécessaire de réécrire les titres et les textes de manière accrocheuse.

L’automatisation est une excellente idée pour constituer une base de contenus, mais si vous voulez que votre newsletter se démarque, il faudra la réécrire en tenant compte des spécificités du canal email.

Vous avez l’impression de ne rien avoir à dire ? Vous n’avez pas de blog ?

Toutes les marques ont des choses à dire, c’est certain. Écartez rapidement cette pensée de votre esprit et consacrez-vous à mener des interviews en interne ou directement auprès de vos clients (comme mentionné précédemment dans cet article) et vous aurez toute une liste de sujets à écrire.

Cependant, nous vous recommandons vivement d’avoir un blog. Un espace sur votre site où vous partagez vos contenus, vos sujets. Donc, si vous n’en avez pas, faites-en une priorité dans votre feuille de route marketing.

De plus, il est également possible de partager une newsletter uniquement axée sur les actualités de votre secteur, ce qui peut générer de belles statistiques !

À quelle fréquence envoyer une newsletter ?

Cela dépend de ce que vous avez à dire et surtout de la disponibilité de vos contenus. La plupart du temps, les newsletters sont mensuelles. Si vous avez beaucoup d’articles à partager, vous pouvez augmenter le rythme et en produire 2 par mois. Dans le secteur de la presse, il n’est pas rare de voir une fréquence quotidienne pour les newsletters d’actualité.

L’important est d’écrire régulièrement et de s’y tenir sur le long terme !

Faites attention si vous optez pour une fréquence trimestrielle voire semestrielle. Les abonnés risquent de vous oublier, vous ne serez plus suffisamment présents dans leur esprit. Vos taux d’ouverture et de clic seront faibles, votre réputation risque de baisser et vos newsletters pourraient être considérées comme du spam, voire bloquées lors de la livraison.

Besoin d'aide ?

Lire du contenu ne fait pas tout. Le mieux, c’est d’en parler avec nous.


Quel jour et à quelle heure faut-il envoyer une newsletter ?

Là non plus, il n’y a pas tellement de règle, mais plutôt du bon sens.

Si vous ciblez des professionnels, envoyez votre newsletter plutôt en semaine. Évitez les week-ends, les jours fériés, les ponts et les périodes de vacances scolaires de votre cible.

Si vous ciblez des particuliers, évitez les horaires entre 22h et 6h du matin. La plupart d’entre nous consultons nos boîtes mails plusieurs fois par jour : le matin en se préparant, plusieurs fois pendant la journée attirés par les notifications de notre smartphone et le soir avant de se coucher. Il n’y a donc pas de grands écarts dans les résultats.

Par contre, si vous décidez d’envoyer votre newsletter tous les vendredis matin, tenez le rythme ! Et envoyez-la vraiment tous les vendredis matins. Ainsi, vous créerez un rendez-vous avec vos lecteurs. À force, ils s’attendront à recevoir votre newsletter ce jour-là.

Certains routeurs ont mis en place des fonctionnalités qui permettent d’envoyer la newsletter au meilleur moment pour vos abonnés. Cette fonctionnalité est aussi appelée STO pour Send Time Optimization. Cela signifie que, au fur et à mesure de vos envois, l’outil va capter le moment d’ouverture préféré de vos abonnés et va distribuer votre newsletter à l’heure, voire le jour, le plus opportun pour chacun de vos contacts. Là aussi, nous avons testé ces fonctionnalités et les résultats n’ont rien à envier par rapport à un envoi normal.

À qui envoyer votre newsletter ? Quels ciblages ?

Évidemment, vous allez envoyer votre newsletter à ceux qui se sont inscrits ! En BtoC, vous avez besoin de leur consentement pour pouvoir envoyer des communications par email.

En BtoB, le consentement n’est pas obligatoire. Cependant, il est recommandé de leur demander. Vos résultats seront bien meilleurs si vous appliquez les mêmes règles qu’en BtoC.

En BtoC, la loi Informatique & Libertés indique indique que vous n’avez pas nécessairement besoin de consentement pour envoyer des emails à vos clients, si et seulement si :
– vous êtes liés par un contrat en cours ou s’ils ont bien acheté un produit ou un service dans les 3 dernières années
– si vous communiquez avec eux sur des produits similaires ou analogues.
– Et s’ils ont été informés, au moment de la collecte, que leur adresse email sera utilisée dans le cadre d’emails promos/newsletters avec la possibilité de s’y opposer.
Néanmoins, chez Badsender, nous vous recommanderons TOUJOURS d’opter pour le consentement pour tout, auprès de tout le monde, tout le temps.

Pour plus d’informations, lisez l’article ou regardez le live : Communiquer après de clients non opt-in” dans lequel nous avons interrogé Mélanie Defoort, juriste en données personnelles.

Écartez vos inactifs emails

Au fil du temps, il est possible que bon nombre de vos abonnés ne lisent plus vos newsletters. Dans le jargon de l’email, nous les appelons les adresses inactives.

En réalité, vous aurez 3 types de segments dans votre base de données :

  • Vos adresses emails actives : celles qui lisent vos communications.
  • Vos adresses emails inactives : celles qui ne les lisent plus.
  • Vos adresses emails dormantes : celles qui n’ont JAMAIS ô grand jamais lu vos newsletters.

Envoyer nos newsletters à des adresses inactives ou dormantes est risqué. Cela entraînera à long terme et à coup sûr des problèmes de mise en spam, voire de blocage de vos newsletters. Il faudra donc exclure de vos envois les 2 derniers segments mentionnés ci-dessus.

Pour plus d’informations, lisez l’article ou regardez le live sur comment réactiver vos inactifs en emailing.

Ciblez en fonction de l’appétence de vos lecteurs

Si vous souhaitez faire varier la fréquence d’envoi ou proposer des contenus spécifiques (abonnement payant ?) à un certains de vos abonnés, vous pouvez segmenter votre base de lecteurs selon leur fréquence de lecture.

Voici un exemple de segmentation :

  • Les lecteurs fans : ils ouvrent et cliquent à chaque fois
  • Les lecteur réguliers : ils ouvrent et cliquent une fois sur 2
  • Les lecteurs occasionnels : ils ouvrent et cliquent une fois sur 3

Comment collecter des abonnés ?

Chaque personne responsable d’une newsletter souhaite voir le nombre d’abonnés augmenter. Comment pouvez-vous collecter des abonnés pour votre newsletter ?

Formulaire d’inscription à la newsletter

Évidemment, pour mettre en place un formulaire de désabonnement sur votre site web, il est important qu’il soit bien visible dès la page d’accueil et également dans la section blog de votre site web. Si vous envoyez une newsletter, cela signifie que vous avez du contenu de qualité à partager. Vous avez certainement une section blog, alors profitez-en pour placer un formulaire d’inscription sur chaque article de votre blog.

Exemple formulaire d'inscription sur toutes les pages articles d'un blog
Exemple de formulaire d’inscription présent en continu (même en scrollant) sur chaque article du blog Badsender

Certaines marques proposent une incitation pour encourager les abonnés à s’inscrire, telle qu’un code de réduction ou l’envoi d’un contenu spécifique par e-mail réservé aux abonnés après leur inscription. Cela inciterait les visiteurs à s’abonner afin de bénéficier de ces avantages.

Attention à cette technique, il ne faudrait pas attirer des opportunistes ! Ceux qui s’inscriraient uniquement pour bénéficier de l’avantage. Mieux vaut mettre en avant la qualité de vos contenus pour tenir sur le long terme !

Exemple de formulaire d’inscription de la marque de vêtement responsable Loom.fr. Aucun incentive.
Exemple de formulaire d’inscription de la marque de vêtement responsable Loom.fr. Aucun incentive.
Exemple formulaire d’inscription Hopaal. Avec incentive.

Case à cocher d’inscription à la newsletter sur tout autre formulaire web

Vous pouvez également profiter de vos autres formulaires pour ajouter une case à cocher demandant le consentement à recevoir les newsletters. Sur vos formulaires d’achat, de contact, de téléchargement de livre blanc, d’inscription à un webinar, etc.

Exemple de formulaire de contact AVEC case à cocher pour tenter de collecte de l’opt-in newsletter à ce stade là.
Exemple de formulaire de contact AVEC case à cocher pour tenter de collecte de l’opt-in newsletter à ce stade là.

Partage et bouche à oreille

Encouragez vos abonnés existants à partager votre newsletter avec leurs amis, leur famille et leurs collègues. encore une fois, vous pouvez offrir des incitations (ou pas ;-)) à celles et ceux qui recommandent votre newsletter avec succès. Mais pour cela, il vous faudra mettre en place un scénario de recommandation newsletter pour savoir qui a parrainé qui.

Bloc de partage inséré en plein milieu d’une newsletter
Bloc de partage inséré en plein milieu d’une newsletter
Bouton de partage situé dès le header des newsletters.

Notre conseil : si vous n’avez pas le temps pour mettre en place un scénario spécifique, un bon lien MAILTO fait l’affaire. Lorsqu’un utilisateur clique sur ce lien, il ouvre automatiquement une nouvelle fenêtre de messagerie avec les champs « À » “Objet” et “Contenu” préremplis. Cela permet de prémâcher le travail aux abonnés pour qu’il partage votre newsletter en 1 clic.

Ce que donne le clic sur un lien “mailto”. Il permet de partager directement la newsletter sans avoir besoin de mettre en place un scénario de recommandation spécifique.

Maximisez l’ensemble de vos points de contact

Évidemment, vous pouvez utilisez vos réseaux sociaux pour promouvoir votre newsletter et encourager les abonnements. Partagez du contenu intéressant et invitez les gens à s’inscrire à votre newsletter pour en savoir plus.

Profitez également de vos évènements, conférences, lives, webinars pour promouvoir votre newsletter.

Gardez la preuve du consentement ! Pour en savoir plus sur la preuve du consentement aussi sur le web qu’en lieu physique, lisez cet article ou regardez ce live : “Communiquer après de clients non opt-in” que nous avons donné par Mélanie Defoort, juriste en données personnelles.

Soyez transparent dès le formulaire d’inscription newsletter (voire dès la page d’inscription)

Rien de tel que la transparence et l’honnêteté pour rassurer vos abonnés ! N’hésitez pas à consacrer une page entière pour :

  • Expliquer le contenu de vos newsletters.
  • Montrer des exemples types des newsletters qu’ils vont recevoir afin qu’ils ne soient pas surpris.
  • Préciser la fréquence d’envoi.
  • Indiquer comment vous allez utiliser les données personnelles, c’est-à-dire ce que vous allez faire de ces adresses. Les confier de temps en temps à un tiers ? ou au contraire JAMAIS !
  • Parler de la façon dont vous travaillez vos contenus pour offrir de la qualité.
  • Évoquer vos convictions, comme votre devoir d’information par exemple.
  • Demandez à votre cible de contribuer en vous proposant des sujets.
Exemple de page d’inscription de newsletters : https://www.badsender.com/newsletter/inscription/

Envoyez un email ou un scénario de bienvenue juste après la collecte

En BtoB comme en BtoC, il est important de soigner l’entrée en matière. Si vous mettez en place un formulaire d’inscription à votre newsletter, vous devez également mettre en place un email ou un scénario de bienvenue déclenché le jour de la collecte (et non pas quelques jours ou quelques semaines après). Si vous ne le faites pas, vos lecteurs seront moins engagés.

Voici ce que vous pouvez inclure dans un scénario de bienvenue :

  • Commencez par exprimer votre joie et remercier le destinataire.
  • Parlez des contenus de votre newsletter et incluez un exemple visuel d’une newsletter type.
  • Rassurez sur la fréquence d’envoi, mentionnez le jour de l’envoi voire même l’heure.
  • Proposez un lien vers un centre de préférences si vous en avez un. Ça le rassurera de savoir qu’il peut ajuster le tir sur la fréquence d’envoi et choisir son type de contenu.
  • Réfléchissez à d’autres contenus qui pourraient intéresser le destinataire à ce stade : il s’est inscrit à votre newsletter, donc il recherche des informations. Peut-être pouvez-vous lui suggérer d’écouter vos podcasts ou de lire d’autres contenus ?

Pour en savoir plus sur ce que vous pouvez mettre dans un scénario de bienvenue, lisez cet article “Bienvenue, réactivation, retargeting : Les 3 scénarios emailing de base !

Envoyer une newsletter depuis LinkedIn

Depuis fin 2021, il est possible d’envoyer des newsletters depuis LinkedIn. Si vous êtes actifs sur LinkedIn, ou si votre marque l’est présente, il peut être intéressant d’utiliser ce canal pour diffuser votre newsletter.

Et par un simple copier-coller de vos contenus (et un poil de manipulation de design), vous pouvez créer votre newsletter. Une fois créé, vos connexions et abonnés seront invités par notification à s’abonner à votre newsletter. S’abonner signifie qu’ils recevront une notification et un email lorsque vous rédigerez un nouvel article dans la newsletter.

Cependant, il est important de noter que l’envoi d’une newsletter depuis LinkedIn ne remplace pas l’envoi via les outils de routage d’emails. Il peut être utilisé comme complément pour toucher une audience spécifique sur LinkedIn, mais il est recommandé de diversifier vos canaux d’envoi pour maximiser votre portée et votre impact.

Extrait de la newsletter LinkedIn de Vert, le media qui annonce la couleur

Comment analyser les performances d’une newsletter ?

En envoyant votre newsletter via les outils de routage classiques du marché, vous aurez accès à un certain nombre d’indicateurs. Voici les 3 métriques à regarder en priorité :

Le taux d’ouverture d’une newsletter

Il s’agit du nombre d’ouvreurs divisé par le nombre d’emails délivrés.

Le taux d’ouverture est influencée par le trinôme Expéditeur – Objet – Préheader. Si vous voulez le maximisez, travaillez la rédaction de ce trinôme.

Pour en savoir plus sur le taux d’ouverture, lisez cet article Le taux d’ouverture : ce qu’il faut savoir.

Qu’est ce qu’un bon taux d’ouverture pour une newsletter ?

Évidemment, le taux d’ouverture dépend de plusieurs facteurs, notamment de l’industrie et de la taille de la liste d’abonnés. En général, un bon taux d’ouverture pour une newsletter éditoriale est situé au-delà de 30%-40%.

Le taux de clic d’une newsletter

Il s’agit du nombre de cliqueurs divisé par le nombre d’emails délivrés.

Le taux de clic est influencée par un design structuré, la rédaction, et la pertinence des contenus. Si vous voulez le maximisez, travaillez vos sujets !

Qu’est ce qu’un bon taux de clic pour une newsletter ?

Encore une fois, le taux de clic dépend de plusieurs facteurs, notamment de l’industrie et de la taille de la liste d’abonnés. En général, un bon taux de clic pour une newsletter éditoriale est situé au-delà de 5-10%.

Le taux d’insatisfaction d’une newsletter

Ce taux n’existe malheureusement pas dans les outils de routage. Pourtant il est EXCELLENT et met vraiment en évidence la pertinence et la qualité de vos contenus

Il s’agit du nombre de cliqueurs sur le lien de désabonnement divisé par le nombre de cliqueurs au global de la newsletter.

Si vous voulez minimisez l’insatisfaction ressentie par vos abonnés, travaillez vos sujets et votre ciblage.

Pour en savoir plus sur le taux d’insatisfaction, lisez cet article : Surveillez votre taux d’insatisfaction email !

Qu’est ce qu’un bon taux d’insatisfaction pour une newsletter ?

Un bon taux d’insatisfaction pour une newsletter éditoriale est situé en-deçà de 10%. Cela signifie que moins d’une personne sur 10 ont ouvert l’email pour se désabonner de votre newsletter. Au-dessus de 20%, cela signifie que les contenus n’intéressent pas votre cible. Il faut soit réajuster le contenu, soit la cible, soit les 2 !

Il existe bien sûr d’autres indicateurs comme le taux de délivrabilité, le taux de réactivité et le taux de désabonnement. Pour en savoir plus sur ces métriques, vous pouvez lire le guide “Les KPIs pour mesurer sa stratégie emailing”.

Design de template newsletter

Même si la rédaction est le premier élément à travailler dans une newsletter, le design a également une grande importance. Votre newsletter doit être facilement lisible, avec des blocs bien conçus pour faciliter la lecture et la compréhension de vos messages. Bien évidemment, votre newsletter doit être cohérente avec la charte graphique de votre marque. Chez Badsender, nous utilisons le terme « Design System Email » pour désigner la charte graphique appliquée à l’e-mailing et aux newsletters. L’avantage d’établir un « Design System Email » est que vous êtes assuré que votre design est cohérent.

Voici quelques conseils à prendre en compte pour le design :

Optez pour un design épuré et clair

Gardez votre design simple et minimaliste pour faciliter la lecture et la compréhension du contenu.

Utilisez une hiérarchie visuelle

Utilisez une hiérarchie visuelle pour mettre en évidence les informations importantes et faciliter la navigation dans la newsletter.

Choisissez des couleurs cohérentes avec votre marque

Utilisez les couleurs de votre marque pour créer une identité visuelle cohérente. Assurez-vous que les couleurs choisies sont harmonieuses et faciles à lire.

Pensez au Dark Mode

De plus en plus de personnes utilisent le Dark Mode sur leurs appareils pour réduire la fatigue visuelle et améliorer leur confort de lecture. Dans le Dark Mode, les couleurs claires sont inversées en couleurs sombres, et vice versa. En considérant le Dark Mode, vous pouvez choisir des couleurs de texte et de fond qui offrent un contraste suffisant pour une lecture facile et sans effort dans ce mode. En pensant au Dark Mode lors de la phase de design de votre newsletter, vous vous assurez d’avoir une apparence cohérente et professionnelle, quelle que soit la préférence de vos abonnés.

Pour en savoir plus sur le dark mode, lisez notre guide sur le dark mode en emailing.

Utilisez des images qui apportent de la valeur ajoutée

Utilisez des images si elles sont pertinentes pour votre contenu et si elles apportent une valeur ajoutée à votre lecteur. Les images peuvent aider à capturer l’attention des lecteurs et à renforcer le message que vous souhaitez transmettre.

Pour en savoir plus sur les formats d’images qu’il est préférable d’intégrer dans vos newsletters, lisez l’article “Format d’image dans un email : lequel choisir ?

Attention à l’utilisation des images de fond

Les images de fond peuvent parfois nuire à la lisibilité du texte qui est écrit au-dessus. Si vous souhaitez mettre en avant un visuel important, évitez d’utiliser des images de fond et utilisez plutôt un bloc image. Les images de fond doivent être utilisées pour refléter une ambiance. De plus, certains environnements d’ouvertures n’affichent pas les images de fond.

Pour en savoir plus, lisez l’article “Les images de fond dans l’email : J’ai le pouvoir suprême !

Optimisez votre newsletter pour les appareils mobiles

Assurez-vous que votre newsletter est responsive et s’adapte bien aux différentes tailles d’écran des appareils mobiles. La majorité des personnes consultent leurs emails sur leur smartphone, il est donc essentiel que votre newsletter offre une expérience de lecture optimale sur mobile. Certaines recommandations conseillent de masquer certaines images ou blocs de contenu pour la lecture sur mobile sous prétexte que tous les contenus ne sont pas indispensables. Mais, si ce n’est pas indispensable pour mobile, ça ne l’est certainement pas pour desktop également.

Utilisez des polices lisibles

Choisissez une police facile à lire parmi les polices les plus souvent installées sur les ordinateurs et smartphone (dites web safe font, à savoir : Arial, Verdana, Trebuchet MS, Georgia…) qui auront l’avantage de s’afficher correctement sur tous les supports de messagerie. Si vous voulez utiliser d’autres polices, privilégies les Google Fonts (avec toujours une web safe font en alternative). Adaptez leur taille en fonction de la hiérarchisation du contenu (Catégorie, titre, sous-titre, texte, CTA). Évitez d’utiliser trop de polices différentes pour ne pas rendre votre newsletter confuse.

Pour en savoir plus sur les polices utilisées en emailing, lisez notre article sur les polices en emailing.

Ajoutez des appels à l’action (CTA)

Utilisez des boutons pour encourager les lecteurs à effectuer des actions spécifiques, comme cliquer sur un lien ou s’inscrire à un événement. Les call-to-action doivent être visibles et attrayants. N’hésitez pas à hiérarchiser aussi vos CTA :

  • un CTA primaire pour les informations à ne pas manquer (là où vous voulez que ça clique le plus) : en général il est sur fond plein.
  • un CTA secondaire pour les informations complémentaires à l’information principale : en général il est sur fond transparent
  • voire un CTA tertiaire pour les informations annexes ; en général il est juste souligné

Pour en savoir plus sur les CTA, lisez cet article sur comment concevoir des Call to Action dans un email.

Testez votre newsletter avant de l’envoyer

Avant d’envoyer votre newsletter, assurez-vous de la tester dans différents clients de messagerie et sur différents appareils pour vous assurer que tout fonctionne correctement et que le design est bien rendu.

En suivant ces conseils, vous pourrez créer une newsletter au design attrayant, professionnel et engageant pour vos abonnés.

Intégration HTML d’une newsletter

L’intégration HTML en emailing est extrêmement importante car elle détermine la façon dont votre newsletter sera affichée dans la boîte de réception des destinataires. Voici pourquoi c’est crucial :

Compatibilité avec les clients de messagerie

Chaque client de messagerie (Gmail, Outlook, Apple Mail, etc.) interprète l’HTML différemment. Une intégration HTML bien réalisée garantit que votre newsletter sera correctement affichée et lisible dans tous les clients de messagerie couramment utilisés.

Lisibilité

Une intégration HTML soignée permet de créer une mise en page claire et facile à lire pour vos abonnés. Les images, le texte et les différents éléments de votre newsletter doivent être correctement structurés et formatés pour garantir une expérience de lecture agréable.

L’accessibilité

1,3 milliard de personnes dans le monde vivent avec une forme de déficience visuelle selon l’OMS. L’accessibilité repose sur des assistants personnels qui utilisent des instructions vocales pour agir. Un assistant personnel peut lire les emails de vos abonnés. Cependant, il lira la version HTML de votre newsletter. Si votre modèle HTML ne prend pas en compte les recommandations du W3C, la lecture sera difficile et l’expérience utilisateur sera désastreuse.

Et l’accessibilité ce n’est pas que la vision. Des troubles neurologiques et psychologiques sont directement concernés par les couleurs, mais aussi par les scintillements ou répétitions (attention aux gif animés).

L’accessibilité est de votre responsabilité. Ne la négligez pas.

Pour en savoir plus, lisez notre guide sur l’accessibilité en emailing.

L’éco-conception

L’éco-conception permet de minimiser le poids de vos fichiers HTML et images de vos newsletters. En concevant des newsletters légères, vous réduisez les temps de chargement et la consommation de bande passante, ce qui améliore l’expérience utilisateur. Et vous contribuez à réduire, d’un poil seulement, l’impact environnemental de vos newsletters.

Pour en savoir plus, lisez notre guide sur l’éco-conception en emailing.

Responsive design

Avec la forte utilisation des appareils mobiles, il est essentiel que votre newsletter soit optimisée pour les écrans de différentes tailles. Une intégration HTML bien faite permet de rendre votre newsletter responsive, s’adaptant automatiquement aux appareils mobiles et offrant une expérience de lecture fluide.

Pour en savoir plus, lisez notre guide Comment coder un template email responsive en HTML et CSS

Le défi des 102ko

Les newsletters sont parfois longues, voire très longues. Si la newsletter est bien structurée, que les informations sont bien hiérarchisées, et que la rédaction est au top, ce n’est pas un problème en soit qu’elles soient longues. Le seul défi sera que le poids du fichier HTML de votre newsletter ne dépasse pas les 102ko.

Encore une fois, le monde de l’email est bien distinct des autres mondes ! Il est recommandé de ne pas dépasser les 102 ko en emailing en raison de certaines limitations imposées par les fournisseurs de messagerie. Lorsque le poids du fichier HTML de votre newsletter dépasse cette limite, certains fournisseurs de messagerie, tels que Gmail ou Orange, peuvent tronquer et supprimer des parties de votre newsletter si elles dépassent la taille maximale autorisée.

Exemple ici d’une newsletter tronquée sur Gmail : l’abonné ne voit pas la newsletter dans son intégralité. Il est obligé de cliquer sur “Afficher l’intégralité du message”.

Exemples de newsletters

Exemple concret B2C avec Harmonie Mutuelle

Voici un exemple de newsletter bien structurée. Le défi ici a été d’insérer l’ensemble des articles d’un magazine papier (près de 30 articles) au sein d’une newsletter, tout en faisant en sorte que le fichier HTML pèse moins de 102Ko. Nous avons dû faire des choix de design : peu d’images, des images compressées mais lisibles, et un code HTML ultra-optimisé. Pari réussi !

Exemple newsletter Essentiel santé magazine Harmonie Mutuelle
Exemple newsletter Essentiel santé magazine Harmonie Mutuelle

Exemple de newsletter B2B

Exemple newsletter Sobriété & Marketing – Badsender

Pour voir encore plus d’exemples de newsletters, allez voir notre banque d’exemples d’emailings.

Replay du webinar « Rendre sa newsletter plus ROIste » par l’EBG

Marion Duchatelet, consultante en emailing et newsletter, a discuté avec Pierre Reboul, CEO de l’EBG (Electronic Business Group) au sujet de la newsletter, au sens lettre d’information. Pourquoi faire une lettre d’information ? Quels objectifs ? Quels contenus ? Quels formats ? Quelles personnalisations ? Quelles segmentations ? Quelles pressions exercées ?

Un webinar en mode discussion. Exactement le format que nous aimons chez Badsender.

Comment créer et envoyer une newsletter ? Les outils.

Il existe une panoplie d’outils pour envoyer une newsletter.

Les outils de routage classiques

Il y a d’abord tous les outils d’envoi emailing classiques : Brevo, Mailchimp, Mailjet, Actito, Selligent, Adobe Campaign, etc… Ces outils sont équipés d’email builder, plus ou moins avancés, pour créer des newsletters en mode glisser-déposer.

Les avantages de ce genre d’outils :

  • Vous pouvez segmenter un peu comme vous voulez vos cibles puisque vous disposez des données comportementales emails (ouvertures et clics) et des données de votre base CRM.
  • Vous pouvez vraiment donner le design que vous souhaitez à vos newsletters (moyennant un peu beaucoup d’expérience dans la manipulation des emails builders ou du code HTML pour l’email ;-))
    • Vous pouvez utiliser des modèles prédéfinis dans ces outils pour vous assurer que votre design est bien réalisé. Les modèles prédéfinis peuvent vous aider à gagner du temps et à obtenir un résultat professionnel. Cependant, ils ne seront jamais parfaitement alignés à votre charte graphique. Si vous ajoutez des composants et sortez du modèle, votre newsletter peut rapidement perdre en esthétisme.
    • Vous pouvez aussi utiliser votre propre template HTML.
  • Vous disposez de statistiques ultra précises.

Pour connaître notre avis sur les fonctionnalités d’emails builders des outils de routage, lisez notre guide “Comment industrialiser la création de vos templates email ? Les solutions et outils”

Pour connaitre les grands différences entre ces outils, lisez notre guide “Comment choisir le bon outil emailing ?”

Envoyer une newsletter des outils spécialisés

Substack, Kessel.media ou encore ginkio.com sont des plateformes en ligne qui permettent aux créateurs de contenu, tels que les auteurs, les journalistes et les blogueurs, de publier des newsletters et de monétiser leur audience. Elles peuvent choisir de proposer une newsletter gratuite, une newsletter payante ou une combinaison des deux. Ces plateformes ne sont pas vraiment destiné aux grosses marques, mais plutôt aux indépendants ou toutes les personnes qui ont des choses à dire, qui ont une belle plume et qui cherchent à établir une relation directe avec leur public.

Si vous êtes un dirigeant, fondateur, responsable, ou même toute personne travaillant dans une entreprise, et que vous avez des choses à dire sur des sujets annexes à votre entreprise tels que la création, les obstacles rencontrés, les moments de joie, vos expériences passées, votre vision de l’avenir, etc., vous pouvez envoyer une newsletter en votre nom via Substack ou autre, tout en envoyant également une newsletter au nom de votre entreprise via une plateforme d’envoi classique. La newsletter de type Substack ne fera que renforcer votre marque, et les deux approches peuvent être complémentaires.

Autre point différenciant : le design des newsletters de ces plateformes est assez limitée et commune à tous les utilisateurs de Substack.

Extrait de la newsletter Le Plongeoir conçu sur Substack

Replay du live “Newsletter, le retour ! Quel contenu ? Quel modèle ?”

Avec nos deux invités : Jean Abbiateci, fondateur de la newsletter Bulletin.fr et Régis Bacher, nous avons exploré en vidéo ce retour en grâce d’un format vieux comme internet qu’est la newsletter. Nous réfléchissons aussi pourquoi et comment l’email marketing peut s’inspirer de ce mouvement.

Le mot de la fin de Badsender sur la newsletter

Foncez ! La newsletter est un levier indéniable pour créer un lien avec son audience, l’informer, l’éduquer et expliquer les dessous et les coulisses d’une entreprise. La newsletter est peu coûteuse à déployer par rapport au lien qu’elle peut procurer avec son audience. Ce serait une erreur de ne pas en avoir une. Mais attention, nous parlons de la vraie newsletter, l’infolettre, le bulletin d’information. Celle qui est réfléchie dans son contenu et qui n’est pas juste un relais d’articles.

La newsletter est un média de court terme qui demande beaucoup d’exigences : il faut être concis dans la rédaction, donner envie grâce au ton utilisé et être astucieux dans le design pour favoriser la lisibilité. La newsletter fait partie du canal email, un canal qui fonctionne avec des codes très spécifiques. Il ne faut donc pas prendre à la légère la gestion de sa stratégie de newsletter. Bref, à un moment donné, il sera nécessaire de faire appel à des spécialistes !