#zerocarbonemail : Supprimer “auto-magiquement” les emails périmés des boîtes email de vos destinataires ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Dans beaucoup débats liés à l’écologie et à l’email, la question du stockage des messages revient souvent. Si ce n’est pas le seul point à prendre en compte, c’est certainement celui qui est le plus évident pour tout le monde.

D’ailleurs, certains FAI et webmails travaillent sur la réduction des volumes d’emails. Par exemple, c’est le cas de Gmail lorsque la solution vous suggère de vous désabonner à certaines newsletters que vous n’ouvrez jamais.

Certaines marques ont aussi compris qu’il ne servait à rien de continuer à solliciter leurs inactifs, même si bien souvent ils pensent plus à la délivrabilité et à leurs performances qu’à la planète.

Aujourd’hui, l’heure n’est plus au débat afin de savoir combien de tonnes de CO² pourraient être économisées si on fasait mieux. Non, il est temps de FAIRE mieux !

L’idée : définir une date de péremption pour les emails commerciaux

Sur le stockage (et le nettoyage) des emails, voici donc une proposition concrète, que l’on peut mettre en place dès aujourd’hui.

Lorsqu’un annonceur fait partir une campagne email, on considère en général qu’après 48h à 72h, on aura atteint plus de 99% des ouvertures et des clics sur le message. Par ailleurs, la plupart du temps, la promotion, le message et les produits présentés seront obsolètes au bout de quelques jours.

La proposition est donc simple. Au moment de l’envoi d’un email, l’expéditeur peut définir la date de péremption de sa campagne. Date après laquelle le FAI ou le webmail aura le droit de complètement supprimer cet email afin de nettoyer ses serveurs et les boîtes email de ses utilisateurs.

Le destinataire du message n’a pas envie que ses emails disparaissent tout seul ? Le webmail pourra très bien lui offrir l’option d’activer ou pas cette fonctionnalité, proposer l’option de conserver un email spécifique même au delà de la date.

La proposition technique (à débattre)

Cette date, elle doit être stockée directement dans l’email. Cela permet de transporter l’information sans avoir besoin de créer de nouvelles technologies lourdes. Sans simplicité, il risque de ne pas y avoir d’adoption.

L’idée est d’avoir la possibilité de stocker la date à deux niveaux dans l’email :

Dans l’en-tête SMTP

Ceci dans le cas où le routeur a intégré cette technique dans son interface. Cela pourrait par exemple prendre l’aspect d’un “X-Expiration-Date : Tue, 23 Mar 2021 10:00:00 +0000

Dans le code HTML

Ajouter la date d’expiration dans l’HTML est à la portée de tous (ou presque) et ne nécessite pas que la technique soit implémentée par la plateforme de routage. Cela permet aux expéditeurs qui le désirent d’avancer sans avoir besoin d’attendre que toute l’industrie ait bougé.

Je ne suis pas un grand spécialiste des micro-données et de Schema.org, mais ça me semblait la technique le plus évidente pour implémenter notre date d’expiration. Et puis ce sont des techniques déjà utilisées par exemple dans les annotations Gmail, donc de nombreux intégrateurs email les utilisent déjà.

Si je me suis trompé, n’hésitez pas à alimenter le débat et à proposer une solution correcte.

Code à placer dans le header HTML :

<script type="application/ld+json">
{
  "@context":           "http://schema.org",
  "@type":              "EmailMessage",
  "expires":     	"2011-03-23T10:00:00+00:00",
}
</script>

Ou en alternative, le code à placer dans le body HTML :

<div itemscope itemtype="http://schema.org/EmailMessage">
	<meta itemprop="expires" content="2011-03-23T10:00:00+00:00" />
</div>

Il n’est pas impossible que cette idée ait déjà été évoquée ailleurs. N’hésitez pas à nous le dire, et on tentera d’unir nos forces ! Ceci est une proposition.

Faisons masse !

Evidemment, au début, personne n’indiquera cette date. Evidemment, au début, aucun FAI ou webmail n’en tiendra compte. Mais l’avantage de cette technique, c’est que dès demain, vous pouvez ajouter cette date à vos emails sans sur-coût. Dès demain, vous pouvez marquer votre engagement. Dès demain, vous pouvez encourager vos pairs, vos fournisseurs, vos clients, vos contacts à agir de la sorte.

En tout cas, du côté de Badsender, nous allons contacter nos clients afin de vérifier s’ils adhèrent et intégrer cette pratique dans l’ensemble des emails que nous livrons à nos clients ou que nous envoyons pour leur compte. Nous allons aussi l’industrialiser dans notre email builder Le Patron.

Contactez les différents acteurs de la chaîne : FAI, webmails, routeurs et annonceurs

Alors maintenant, passons à l’action. En plus de valider le principe technique (ce qui ne devrait pas être trop compliqué), le plus important est de recueillir des adhésions ! N’hésitez donc pas à partager l’information le plus largement possible.

Ce qui fait décoller ce genre d’initiative, c’est l’effet boule de neige. Si vous bougez et le dites publiquement, alors vous ferez bouger d’autres personnes !

N’hésitez pas à envoyer un email à yesreply@badsender.com si vous désirez marquer votre soutien à l’initiative et/ou déclarer que vous vous y mettez ! N’hésitez pas à nous dire si vous acceptez que nous rendions votre soutien public.

Découvrez les résultats des premières discussions autour de l’idée !

Photo par Taylor Vick sur Unsplash

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

4 réponses

  1. Très bonne idée. Je suis plutôt d’avis que par défaut, c’est-à-dire sans indication, les messages aient une durée de vie limitée (par exemple un mois ce qui conviendra dans 99% des cas). Sinon, cela va limiter l’efficacité.

  2. @fab Merci pour le commentaire ! En effet, il faudrait une durée par défaut. J’avais pensé à 45jours, mais 30 ça marche aussi.

    Par contre, il faut que ce soit une durée par défaut gérée par les annonceurs ou les routeurs. Parce qu’en cas d’absence de date de péremption dans l’email, je pense qu’il ne faut pas y toucher (il y a quand même plein d’emails pour lesquels il y a une bonne raison de les garder).

  3. Excellente idée !
    Sans compter que cela peut même avoir un effet bénéfique en terme marketing en redonnant une valeur d’urgence à l’email.
    Que ce soit pour des newsletters ou pour des mails marketing je ne vois en réalité que du positif : l’intérêt de stocker de vieux mails est limité (sauf du mail personnel évidement mais ceux-là n’auraient évidement pas de date de prescription) autant pour le lecteur que pour l’émetteur, donc effacer automatiquement des messages obsoletes pour éviter de les stocker inutilement ce serait parfait.

  4. Très bonne idée Jonathan !
    Est-ce qu’il n’y a pas quelque chose à faire du côté des créateurs et expéditeurs des e-mails aussi ? Par exemple, par défaut après 180 jours, les images associées à la campagne e-mail pourraient être supprimées des serveurs. Ce n’est sans doute pas ce qui prend le plus d’espace, mais ça me semble tellement facile à mettre en œuvre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *