Rachat de la CDP Octolis par Brevo. Interview de Yassine Hamou Tahra.

Restez informé.e via les newsletters de Badsender

Chaque mois, nous publions une newsletter sur l’email marketing et une infolettre sur la sobriété et le marketing. Pour avoir plus de détails sur le contenu et le rythme de nos communications, rendez-vous ici.

Votre adresse email servira uniquement à vous envoyer nos newsletters et nos invitations. JAMAIS ô grand jamais, nous ne la communiquerons à un tiers. Vous pourrez vous désabonner à tout moment en un seul clic.

Suite à l’acquisition de la CDP Octolis par Brevo en décembre, nous avons invité Yassine Hamou Tahra à venir échanger avec nous. Ces derniers temps, de nombreux acteurs du data marketing et de la CDP ont été rachetés par des outils emailing. Il était donc intéressant de prendre un peu de recul pour comprendre pourquoi Brevo a décidé d’avancer dans cette direction.

Dans ce bref échange, Yassine partage ses perspectives et ses réflexions sur ce que ce rachat signifie pour Octolis, pour lui-même, et pour l’avenir de la gestion des données clients.

Qu’est-ce qu’Octolis ? Pourquoi ce rachat ?

Jonathan Loriaux (Badsender) : Est-ce que tu peux nous rappeler ce qu’est Octolis ?

Yassine Hamou Tahra (Brevo) : Octolis est une Customer Data Platform (CDP), qui s’adresse à des acteurs de taille moyenne, surtout des PME, pour les aider à unifier leurs données clients de différents systèmes et les activer sur tous les canaux.

Jonathan Loriaux (Badsender) : Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur les motivations de Brevo par rapport à cette acquisition d’Octolis ?

Yassine Hamou Tahra (Brevo) : Les motivations de Brevo sont globalement les mêmes que celles de la plupart des éditeurs CRM qui s’intéressent au sujet CDP. Les CDP, qui ont émergées à partir des années 2015, étaient une évolution logique des DMP. Elles sont arrivées pour réconcilier les données online et offline, ce qui suppose un travail d’ingénierie data conséquent pour collecter et réconcilier les données, et les exposer dans un modèle assez souple. Les premières CDP se sont développées indépendamment des CRM. Les raisons pour les CRM de s’intéresser aux CDP sont d’une part, le risque de réduire leur rôle si les entreprises adoptent des CDP indépendantes, et d’autre part, l’opportunité d’augmenter le revenu moyen en proposant une brique supplémentaire apportant plus d’intelligence et de structuration des données.

Jonathan Loriaux (Badsender) : Est-ce que ça veut dire aussi que Brevo change de cible client ?

Besoin d'aide ?

Lire du contenu ne fait pas tout. Le mieux, c’est d’en parler avec nous.


Yassine Hamou Tahra (Brevo) : Absolument. L’acquisition d’Octolis s’inscrit dans leur stratégie visant le mid market, pas le segment entreprise, mais celui des entreprises avec un chiffre d’affaires de quelques millions à cent millions d’euros. Ils cherchent à adresser ce segment en s’appuyant sur leurs forces historiques et une approche composable du CRM, tout en ayant plus de solidité et de profondeur sur la gestion des données clients.

Quel avenir pour la plateforme Octolis ?

Jonathan Loriaux (Badsender) : La solution Octolis va-t-elle continuer à exister en standalone ou sera-t-elle totalement intégrée par Brevo ?

Yassine Hamou Tahra (Brevo) : La marque Octolis va s’arrêter, et nous commercialiserons la solution désormais uniquement sous le nom Brevo CDP. Pour les clients qui souhaitent uniquement la solution CDP sans le Marketing CRM de Brevo, cela reste une possibilité. La majorité de nos clients actuels utilisent d’autres solutions comme Braze ou Klaviyo. Bien que la solution Marketing de Brevo soit très pertinente, il y aura des cas où les entreprises utilisent deux solutions Marketing CRM. La CDP permet cette double articulation, bien que je trouve difficile d’imaginer un client qui n’utilise aucune autre brique chez Brevo, car elles sont très intéressantes.

Jonathan Loriaux (Badsender) : Cela signifie-t-il que vos clients existants chez Octolis qui n’utilisent pas Brevo pourront continuer à utiliser le service ?

Yassine Hamou Tahra (Brevo) : Tout à fait, et je ne suis pas sûr qu’on mette une limite de temps derrière cela. Nous n’avons pas l’intention de les empêcher d’utiliser d’autres solutions comme Braze, Plie ou Tartempion s’ils le souhaitent.

Retrouvez Yassine Hamou Tahra sur LinkedIn et le communiqué de presse de Brevo concernant le rachat.

Partagez
L’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *