Footer et email

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Bon pied comme œil comme on dit !

Le footer est la fin de l’email. Jamais facile de terminer un message, ou comment se dire “au revoir” proprement.
Le footer sera donc votre dernière impression auprès du lecteur. Il est aussi la dernière zone où l’on peut accrocher un clic possible si le reste de l’email n’a pas fait le job.
Volontairement, il n’y aura aucune illustration de footer car pas de volonté d’influence, de désigner des bons ou des mauvais élèves.

Attention au lexique !

Attention à ce que “footer” ne devienne pas un dérivé de “foutoir” !
Allez on renvoie vers notre site, on met notre contact, les réseaux sociaux, les mentions légales, le lien de désabo, les dernières nouvelles de Tata Josiane et un gif animé du coloriage du p’tit dernier …
Bref on empile !

Vous l’avez compris, bien souvent on peaufine le header et le corps de l’email. Le footer est une zone critique car il est de bon ton qu’il ne soit pas trop grand et peut donner un maximum d’informations.
Un agencement réfléchi et quelques tests plus tard, et vous aurez un footer au top !

Que faut-il mettre en fait ?

Un footer n’est même pas tout à fait obligatoire en soit. On peut presque s’en passer. Mais si vous lisez ceci, c’est que vous voulez en savoir plus. Alors voici quelques clés pour avoir un footer béton :

  • D’abord tout dépend de votre secteur d’activité. En effet une partie de votre métier va déterminer certaines cases obligatoires à remplir.
    Exemple : un service bancaire ou une assurance va avoir forcément plus de mentions légales et de petites lignes imposées par le service juridique et la législation.
  • Cela dépend de la typologie du message envoyé.
    Exemple : Un email de bienvenu aura un footer plus simpliste que de la vente en ligne avec confirmation d’achat.
  • A qui on l’envoie ? B2B, mes clients fidèles ou des prospects.

Ces 3 paramètres étant les plus importants, je vous invite à lister tout ce que vous pourriez mettre dans votre footer.

  • Mes clients doivent être rassurés ?
    ==> Quelques pictos/textes avec quelques liens choisis qui vont renvoyer vers un achat/livraison/service carré
  • Suis-je présent sur les réseaux sociaux ?
    ==> On ajoute les pictos avec les liens. Attention, si je n’anime pas mon facebook ou mon insta régulièrement, est-ce que ça vaut le coup de faire un renvoi vers quelque chose qui finalement causera plus de tort que de bien.
  • Montrer patte blanche ?
    ==> Mon identité, adresse, contact,… Oui c’est toujours utile de jouer carte sur table. Limpidité et honnêteté doivent payer.
  • Les mentions légales obligatoires ?
    ==>Dur d’y échapper avec le rgpd et les obligations de votre activité. Attention à ce que juridiquement ce point-ci ne soit pas sous évalué !
  • Un dernier renvoi vers mon site ?
    ==> A vous de voir si c’est utile.
  • Un listing de tout ce que contient mon site : menu, produits, rubriques, blog, …
    ==> A vous de voir si c’est utile et si ce n’est pas trop espacivore.
  • Un lien de désabonnement ?
    ==> dernier item de la liste mais ô combien important. Si il n’y a qu’une chose à mettre, hé bien c’est celle-là. Que vous le gériez vous ou que ce soit votre plateforme de routage qui l’appose, vérifiez bien que le désabonnement soit présent, fonctionnel ET EXTRÊMEMENT VISIBLE. Cela influe sur votre délivrabilité d’une manière directe. Hé oui ça fait toujours mal de finir dans la boite spam ou de rester à la porte des webmails.
    Et testez le ce lien… car à force on le voit à chaque fois, on le rajoute de façon mécanique et on ne teste que le reste de l’email. Mais si le désabo est ko, cela peut vous faire blacklister sympathiquement et vous pourrir vos futurs envois. Et puis un client qui ne se désabonne pas, signalera votre campagne en spam. Et personne ne souhaite ça !

Ok c’est qu’un footer, y’a quoi encore à dire ?

  • Attention aussi à ne pas écrire en 6px. Un parpaing de textes indigestes et trop petits ce n’est pas top.
  • Et le mobile dans tout ça ?
    Qui dit mobile dit scroll. Qui dit grand footer, dit grand scroll… Pensez bien à votre version responsive. On peut épurer certainement et aller à l’essentiel.
  • Attention à la qualité des pictos / images. Souvent on va y laisser de la basse qualité et on voit des choses pas jolies et pixelisées. On soigne tout jusqu’au bout ! D’où l’invention du vernis à ongles 😉
  • Le footer sera t-il dans le coloris du cadre de l’email pour qu’il soit un peu à part ou l’intégrer pleinement juste après le corps ? A vous de jouer.

Quelle est la différence entre un bon “footer” et un mauvais “footer” ?

Sobre, discret, avec juste ce qu’il faut ! C’est mon avis ! Pardon ? Oui il est subjectif, tout à fait.
Si vous en êtes réduit à espérer un max de clic à cet endroit, je vous invite à revoir votre message en globalité et avoir du contenu intéressant au-dessus.
Ne retenez que l’obligatoire : le désabo et être dans les clous avec la loi.
Pour tout le reste, c’est à vous de voir. N’oubliez pas de tester ! Ce sont les zones de clics qui vont parler pour votre footer. On reste souvent sur des % anecdotiques (1% voir moins). Sauf parfois le lien de désabo si on floppe la campagne. Après même si on récolte peu de clics dans le footer, ce n’est pas une raison pour ne pas mettre certaines infos que l’on considère essentielles : pour l’image de la société, le design, la cohérence de la comm’, l’utilité pour le client, …

Pour conclure : ne pas négliger ce qui peut “sembler” le moins important .

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Contactez l'auteur de l'article

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter