Litmus Live 2019

Litmus Live

Cette année encore, Badsender était au Litmus Live de Londres, et votre dévoué serviteur se fend d’un article pour vous partager son avis sur cette édition.

Le Litmus Live, c’est un peu l’Email Marketing Day mais à un niveau international. Des spécialistes, techniciens, marketeers et autres professions qui tournent autour de l’email s’y rendent afin d’y trouver les dernières tendances. Historiquement, Le Litmus Live a commencé en 2014 et s’appelait alors The Email Design Conference. Elle s’adressait surtout aux développeurs et abordait des sujets très pointus techniquement. Si l’année passée il y avait encore un mix assez important entre la technique et le marketing, cette année-ci les conférences techniques étaient moins poussées qu’auparavant. Malheureusement, les conférences techniques et marketing ayant lieu en même temps, je n’ai pas pu assister à ces dernières ; je vous partagerai donc mon point de vue sur les sessions auxquelles j’ai pu assister et qui m’ont semblées particulièrement intéressantes.

Utiliser l’intelligence émotionnelle pour arriver à un email marketing zen

Une conférence de Kait Creamer sur l’intelligence émotionnelle qui abordait des sujets souvent déjà entendus, mais avec une nouvelle approche, créative et positive. Il serait difficile d’en faire un résumé rapide, mais on peut retenir quelques points clés:

  • Selon sa propre expérience, se baser sur intelligence émotionnelle vous mènera plus loin que de rester sur l’intellect pur uniquement. Vos instincts et vos ressentis sont aussi des indicateurs importants.
  • Les données sont vos amies, toutes les données. Ne vous fiez pas uniquement aux données faciles (taux d’ouverture et de clic). Les temps de lecture et, surtout, les taux de conversions sont des marqueurs particulièrement importants qui sont trop souvent mis de côté.

Les techniques visuelles de design pour mettre le feu à votre inbox

Une conférence de Lili Worth qui parlait des techniques de design pour démarquer un email de la masse. La présentation a d’abord abordé les tendances actuelles. Citons entre autres

  • l’approche orientée sur la typographie grasse et les contrastes forts
  • l’utilisation des dégradés
  • sortir de la grille de lecture: Approche particulièrement adaptée aux emails assez longs pour garder l’intérêt du lecteur, mais difficile techniquement à mettre en place
  • le minimalisme: Less is more
  • l’absence totale d’images: Avec l’amélioration du support des typographies exotiques, on voit parfois apparaître des emails jouant uniquement sur la typographie. Bien entendu, si vos lecteurs sont sur Outlook, ce n’est même pas la peine d’y penser
  • les illustrations personnalisées: On parle bien ici d’illustrations faites “maison”, qui donnent du caractère à votre message et votre société. Selon les statistiques, cette approche semble particulièrement bien fonctionner, surtout par rapport aux images “génériques” qu’on peut trouver dans les banques d’images.

Ensuite, la speaker a abordé les possibles tendances futures: des designs personnalisés par utilisateur, le retour des designs vintage et la simplification des messages.
Mais comme toujours, la question n’est pas d’embarquer aveuglément dans les tendances actuelles ou futures, mais bien de voir ce qui fonctionne pour votre audience.

Les conversions sont un but. Les ouvertures gagnent la coupe

Une conférence de Parry Malm particulièrement intéressante à mes yeux dans le sens où elle sort des recommandations habituelles: Généralement, quand on fait de l’AB testing sur deux versions ou plus, l’idée finale est de maximiser les taux de conversions. On aurait donc tendance à prendre cette donnée comme marqueur qui définira la version gagnante. Si en théorie c’est une approche pertinente, dans la réalité ce n’est malheureusement pas aussi simple.
Le bruit statistique est tel que dans votre funnel (“entonnoir de conversion” pour les francophones puristes), plus vous tenterez d’optimiser quelque chose qui est loin dans les étapes, plus votre impact sera faible. Et la présentation montrait que mathématiquement, avec un bruit statistique standard et si on prend 10% de taux de transformation entre chaque étape (ouverture —> clic —> conversion), l’optimisation sur base du nombre d’ouverture aura un impact finalement plus grand que l’optimisation sur la conversion qui n’a pratiquement pas d’impact.

Et, comme chaque année, il y a eu les “Live optimization”: les plus courageux participants ont pu envoyer un email au préalable pour le faire passer au peigne fin des experts présents. Un exercice toujours intéressant afin d’avoir le point de vue des nombreux experts présents.

Bref, même si j’ai trouvé que l’année précédente était plus intéressante, c’était encore une belle année pour le Litmus Live.

Related Articles

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

On a déjà beaucoup d’inscrits à notre newsletter… Et peut-être que vous serez le prochain ? L’occasion de se tenir informé sur toute l’actualité de l’email marketing !

Inscrivez-vous maintenant !