Badsender accueille un nouveau membre dans son réseau de consultants.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Réseau consultant email

Nous accueillons un nouveau consultant dans notre réseau d’experts email. Bonjour Sébastien Courtecuisse! Peux-tu nous expliquer en quelques mots quel est ton parcours? As-tu suivi des études qui te prédestinaient à faire du marketing?

“J’ai fait un bachelor en communication marketing qui était très classique. On y faisait des briefs agence… beaucoup trop de briefs. C’est pourquoi j’ai voulu terminer mon cursus dans quelque chose de plus web, qui me correspondait davantage. Je me suis donc spécialisé en eCRM.

Pourquoi l’eCRM? Car les enjeux sont dans les métiers du web. J’aime aussi les stratégies de croissance et surtout de fidélisation client. J’ai fait mes premières armes en affiliation en tant que chargé d’Emailing, c’est là que j’ai pu développer mon expertise Email. Puis j’ai bossé pour des marques en B2C et en stratégie d’abonnement en tant que responsable CRM.

  • Qobuz : application de streaming musical (outil Salesforce marketing cloud, Selligent)
  • Neoness : chaîne de sport low-cost (Mailchimp et Batch)

Malheureusement mon expérience chez Neoness se finira avec ma période d’essai. Et c’est cette dernière expérience qui m’a fait prendre conscience que je voulais désormais travailler à mon compte.”

Tu as décidé de rejoindre le réseau Badsender en tant que consultant email. Qu’est-ce que tu en attends?

“Déjà c’était un peu le graal pour moi de rejoindre le réseau Badsender. Je suis un fan depuis le début de ma vie pro! Mon principal objectif c’est de remplir ma TO-DO de supers missions! Ensuite, alors que ma vie pro se destine à être plus solitaire que lorsque j’étais en entreprise, je souhaite intégrer une communauté d’indépendants actifs, car le lien social c’est hyper-important pour tenir!”

Quel est, sans forcément citer le nom de l’entreprise, le projet le plus intéressant sur lequel tu aies eu la chance de participer? Et pourquoi?

“Lorsque j’étais chez Qobuz, j’ai pu remettre à plat la stratégie d’onboarding (j’adore travailler sur les onboardings). Nous avions mis en place un onboarding un peu différent de ce que le reste du marché proposait, beaucoup plus axé sur la relation client. Un vrai succès qui nous a permis d’augmenter très nettement le taux de conversion. Grâce à cela, il a été beaucoup plus facile de sensibiliser en interne sur l’importance du CRM.

Au-delà de la performance de ce nouvel onbarding, c’est le premier vrai projet où j’ai pu réellement m’investir et où je me suis réellement senti écouté.”

Quels sont pour toi les 3 grands défis pour les prochains mois dans le monde de l’emailing et de l’eCRM?

  1. “Stop au bullshit, le marketeur de demain écrira des emails à forte valeur ajoutée pour son client et rien d’autre. Il devra donc arrêter d’écrire des emails pour faire plaisir à son chef!
  2. Préférence de solutions marketing européennes, car le client est de plus en plus sensible à cette notion.
  3. Lié au contexte: Réussir à accompagner le commerce local et les TPE. Il y a eu pas mal d’initiatives pour digitaliser les espaces de vente de nos commerces de proximité (création de site, click and collect…), il faut désormais créer des solutions clés en main pour gérer la fidélisation et le CRM pour ces structures.”

Sinon, d’autres projets plus persos dans les cartons?

“Avec quelques bénévoles de mon association, nous avons lancé il y a bientôt deux mois : shiftyourjob.org. Projet qui vise à  réconcilier Emploi et Climat. Il s’agit d’un site qui liste les entreprises qui ont une trajectoire Business cohérente avec les accords de Paris sur le Climat. C’est un projet important pour moi car il y a encore trop de Greenwashing au sein du monde pro et ce n’est plus acceptable en 2021.

Je m’intéresse aussi beaucoup au Marketing des Seniors. Ils représenteront bientôt +⅓ de la population et pourtant il semblerait que les marques les délaissent. C’est dommage car la génération des 65+ est désormais beaucoup plus à l’aise avec le web. Il est grand temps pour nous d’apprendre leurs codes pour mieux communiquer avec eux.”

Un dernier mot pour conclure?

J’aime l’email. Je n’aime pas le push notification et encore moins le SMS marketing. Mais j’adore débattre, donc si tu penses avoir les arguments pour me faire changer d’avis c’est ici que ca se passe: scc@badsender.com

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *