Badsender du mois : une tasse de thé le temps d’analyser un email

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les plus vieux assidus d’entre vous se souviennent peut-être des “badsenders” de la semaine. Il s’agit de l’origine du blog et, soi dit en passant, de l’origine du nom de la société! Cela consistait à analyser un email commercial et à en faire un mini-audit. Souvent il s’agissait de mauvais élèves (d’où le nom), mais parfois on avait des résultats plus positifs.
S’il ne nous sera pas possible de reprendre la cadence d’un badsender par semaine, on va tenter le reprendre à un rythme plus raisonnable.

Et donc voici, après des années d’attente, un nouveau badsender !

Qui c’est qui s’y colle?

J’ai choisi la newsletter des Jardins de Gaïa. Pas vraiment de raison derrière si ce n’est que je suis un grand amateur de thé et qu’il s’agit d’une entreprise que j’apprécie beaucoup pour ses produits de qualité et sa démarche de respect de la nature et de l’humain. Et comme ils sont présents en email, il ne m’en fallait pas plus !

Les Jardins de Gaïa
L’email que nous allons analyser

La technique

Première chose, on va vérifier si tout ce qui est “invisible” se passe bien. On parle ici de SPF, DKIM, DMARC et du nom et domaine d’expédition

  1. SPF : L’enregistrement SPF est bon, même s’il n’est pas très sécurisé. Pour rappel, un enregistrement SPF précise quels noms de domaines ou quelles adresses IP ont le droit d’émettre des emails au nom de l’expéditeur. Ici, l’enregistrement est impeccable: le domaine spf4.sbr-master.net à le droit d’envoyer des emails avec n’importe quelle adresse IP. En creusant un peu, on trouve que ce nom de domaine appartient à OVH. Par contre, toutes les adresses IP de ce domaine ont le droit d’émettre au nom des Jardins de Gaïa. Il suffirait donc d’émettre depuis OVH pour être en mesure de berner l’authentification SPF.
  2. DKIM : L’email possède une signature DKIM valide et correctement renseignée. Impeccable !
  3. DMARC : Pas d’enregistrement DMARC. Dommage, les 2 autres points étant plutôt bons. Le DMARC permet de faire le lien entre SPF et DKIM pour dicter aux FAI quoi faire en cas d’échec d’une des 2 sécurités. Ici, comme le SPF et DKIM sont plutôt bons, mettre DMARC en place peut se faire facilement et serait une mesure de sécurité supplémentaire.

Concernant le domaine d’envoi, il s’agit d’un sous domaine du domaine principal, ce qui est plutôt une bonne pratique. Cela permet d’éviter que d’éventuels problèmes sur les emails impactent le domaine principal.

Le rendu

Pour le rendu, pas de secret, nous utilisons EmailOnAcid. Vous pouvez cliquer ici pour voir le résultat.
On peut constater qu’il n’y a aucun client email qui “explose” le design. Ce dernier étant relativement simple, cela aurait été dommage… Par contre, il y a plusieurs points qui peuvent être optimisés :

  • Sur mobile, les pictos du footer sont alignés sur la gauche. On aurait pu imaginer les garder sur 2 lignes et centrés.
  • Sur mobile, l’image principale est la même que celle sur desktop, mais en taille réduite. Celle-ci comprenant du texte parfois fort petit, il devient presque illisible sur mobile.
  • Sur les messageries Outlook 120DPI, certains textes sont décalés. Le code n’est pas optimisé pour ces messageries.

L’ergonomie

L’email s’en sort plutôt bien jusqu’ici, mais en terme d’ergonomie, il y a de la place à l’amélioration

Premièrement, le texte dans les images : si en terme de déliverabilité cela n’a plus vraiment d’impact, cela a deux impacts négatifs. D’abord, comme on l’a dit précédemment, l’image est simplement redimensionnée dans sa version mobile, ce qui a pour effet de rendre le texte peu lisible car trop petit sur un écran de portable. Ensuite, souvent, les images sont masquées par défaut. Avec du texte dans les images, vous forcez l’utilisateur à une action supplémentaire pour afficher votre contenu (un clic pour afficher les images).

Deuxièmement, la hiérarchie des informations : Les titres gagneraient à avoir une mise en forme graphique et surtout, surtout, augmenter la taille des textes. Ceux-ci sont à 12px seulement, 1px de plus que les mentions légales. Cela rend la lecture moins fluide et, encore une fois, rend le texte fort petit sur mobile.

Troisièmement, le design général est extrêmement simple, voir simpliste. Si le design du site web est épuré, il a un graphisme bien présent, avec des bordures vertes très légères, des filigranes à certains endroits, etc. Bref, un ensemble d’éléments graphiques qui, tout en étant léger, donnent du caractère à la marque, ce qui est malheureusement absent de la newsletter.

Et donc, badsender ou pas?

Et bien ici, je dirais plutôt qu’il s’agit d’un goodsender. la mise en place technique, quoi que perfectible, est bonne. Même constat pour le rendu, l’email n’offre pas un rendu identique et impeccable dans tous les clients emails, mais il reste parfaitement lisible.
Là où le bât blesse c’est dans l’ergonomie. Celle-ci est largement perfectible et gagnerait beaucoup en clarté et en design si on passait un peu de temps dessus.
Donc dans l’ensemble, c’est un email qui est légèrement au dessus de la moyenne.

N’hésitez pas à nous donner votre avis dans les commentaires !

Fiche d’identité

Informations génériques sur l’email :

  • Objet de l’email : 🍵 Prenez le temps de vous faire plaisir !
  • From : Aude – Les Jardins de Gaïa <aude@newsletter.jardinsdegaia.com>
  • Preheader : 😍 Et profitez de remises* jusqu’à –20% sur nos thés, tisanes et épices
  • Plateforme d’envoi : Inconnu

Checklist :

  • Lien de vie privée : KO
  • Lien de désinscription : OK (il est présent, ce qui ne veut pas dire qu’il sera suivi d’effet)
  • SPF : OK
  • DKIM : OK
  • DMARC : KO
  • Version texte : OK
  • Textes en HTML : KO
  • List-unsubscribe : OK
  • Friendly reply : OK
  • Mobile ready : KO
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Contactez l'auteur de l'article

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter