Interview de Dolist.net : « le véritable enjeu réside dans la création de valeur autour de l’e-mail marketing »

logo-dolist-netAujourd’hui c’est Jean-Paul Lieux, Directeur Associé de Dolist.net qui répond aux questions dans notre série d’interviews des acteurs de l’envoi d’email en France.

Pouvez-vous en quelques mots nous faire un historique de Dolist ? Quand la plateforme a-t-elle été fondée ? Par qui ? Et est-ce que le business model a évolué depuis le début de l’aventure ?

Dolist est née en septembre 2000 de la rencontre de plusieurs spécialistes du Web. Parmi ces derniers : Denis Olivier, actuel directeur technique de Dolist, à l’origine du
développement des premiers outils de mailing list ; et moi-même, à la tête d’une agence Internet et Hébergement à cette époque. Nous avons donc créé ensemble notre première plateforme d’envoi de messages en mode ASP, la plateforme Dolist-V8, et avons rapidement fait évoluer notre business modèle.

Initialement basé sur un simple droit d’entrée et sur la volumétrie des envois, celui-ci s’est progressivement appuyé sur un système de location de notre plateforme. La volumétrie a dans ce cadre fortement perdu de son importance au profit d’un abonnement et d’un engagement au respect des bonnes pratiques de l’e-mail marketing. Une orientation bien plus qualitative, d’avantage en adéquation avec notre vision du marché.

A noter que nous avons également lancé en 2010 une plateforme dédiée aux e-mails transactionnels, la plateforme Dolist-EMT, qui s’adresse principalement aux e-commerçants.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de Dolist ? Qu’est-ce qui vous distingue par rapport aux autres acteurs de ce marché très concurrentiel ?

Deux points nous différencient réellement :

  1. Notre maîtrise et nos efforts pour défendre et promouvoir l’e-mail légitime. Nous avons réalisé un gros travail sur la gestion de la réputation de nos clients et sur l’optimisation de la délivrabilité de leurs campagnes. Nous avons d’ailleurs rejoint le MAAWG (Messaging Malware Mobile), organisation internationale qui fédère les plus grands opérateurs mondiaux de l’e-mail marketing et de l’industrie Internet. Ses objectifs sont de trouver les moyens pour sécuriser la chaine de l’e-mail marketing et de protéger les internautes. Attention, être membre de cet organisme n’implique pas seulement le versement d’une cotisation annuelle. Elle sous-entend la surveillance de nos pratiques et de notre réputation, qui correspond concrètement à la somme des réputations d’expéditeurs de nos clients. Malheureusement, la plupart de nos concurrents français n’y sont plus…
  2. Notre capacité à accompagner nos clients sur la mise en place des bonnes pratiques de l’e-mail marketing et à les conseiller sur les meilleures stratégies à adopter. Cela passe aussi bien par la mise à disposition de ressources gratuites en ligne (revue d’actualité en ligne, livres blancs et enquêtes, site dédié de recommandations, etc.) que par la création de prestations de « conseil & stratégie » ou encore d’accompagnement marketing. Tous ces éléments s’inscrivent dans une ligne directrice : renforcer la relation avec nos clients.

Quels sont pour vous les 3 grands défis pour les prochains mois dans le monde de l’e-mailing ?

Tout d’abord, la qualité des données et ce, sur toute la chaîne, depuis l’acquisition de contacts à l’enrichissement de la base de contacts en passant par l’hygiène de celle-ci. J’inclus dans cette idée les efforts de segmentation et de scoring visant un meilleur ciblage et une plus grande pertinence des actions.

Ensuite, vient sans conteste le phénomène de la mobilité. Grandissant, celui-ci a donné lieu à un nouveau mode de consultation des messages. Avec environ 24 millions de Français propriétaires d’un smartphone aujourd’hui, l’importance du phénomène n’est plus à prouver.

Par contre, une grande part d’entre eux se désole de recevoir des e-mails totalement inadaptés au support mobile. Et de récentes études ont démontré combien ce dernier est encore ignoré dans le processus de création des messages avec, entre autres, des e-mails trop longs, mal structurés ou dont la taille des appels à l’action est trop petite pour qu’ils puissent être utilisés sur mobile. Alors qu’il existe un potentiel très intéressant sur la cible mobinaute, l’optimisation mobile des messages mérite vraiment qu’on s’y attarde en 2013.

Enfin, dernier défi : développer la légitimité des envois et augmenter l’adhésion des contacts aux messages. Au-delà du respect que l’on se doit d’avoir vis-à-vis des internautes, il est aujourd’hui important de leur offrir la possibilité de contrôler davantage ce qu’ils reçoivent, depuis le type de contenus à la fréquence de réception. On sait en effet que les FAI sont en train de mettre fortement l’accent sur l’analyse des réactions des internautes, qu’elles soient positives ou négatives, pour juger de la légitimité d’un expéditeur. Un réel impact sur la réputation de celui-ci et sur la délivrabilité de ses campagnes e-mails.

Quels sont les prochaines évolutions de votre plateforme ?

Premier point, la continuité de notre travail d’interconnexion de nos plateformes avec des systèmes d’information tiers (plateforme e-commerce, solution CRM, etc.), qu’il s’agisse de la création de nouveaux connecteurs ou de développement d’API et Web Services. Deuxième aspect, l’amélioration de notre base de données avec notamment l’élargissement des capacités de traitement des datas (champs illimités). Enfin, l’évolution du segmenteur de notre plateforme d’e-mail marketing Dolist-V8 afin de donner l’opportunité à nos clients de traiter toutes les possibilités de croisement des diverses formes de données existantes : déclaratives, comportementales, transactionnelles ou autres données externes.

Est-ce que vous proposez à vos clients un mode “Freemium” (version gratuite avec de fonctionnalités réduites) ?

Non

Si oui, qu’est-ce que vous en retirez ? Si non pourquoi ne pas utiliser ce modèle ?

Ce type de modèle est réservé à un marché low cost et/ou self-service. Le meilleur des outils dans des mains inexpérimentées n’aura pour objet que de transformer l’outil en canon à mail. Cette orientation va à l’encontre des objectifs que nous nous sommes fixés et, plus globalement, de notre politique.

Qu’est-ce que vous pensez du marché français de l’emailing ? Est-ce que l’on est arrivé à maturité ou est-ce qu’il reste de la place pour de nouvelles innovations ?

Jusqu’à récemment, la plupart des demandes étaient orientées sur la quantité de messages envoyés, vision du marché totalement intégrée aux politiques tarifaires des routeurs. Mais depuis peu, les différents acteurs se positionnent en fonction des divers segments du marché : les plateformes automatiques en low cost, les éditeurs de solutions multifonctionnelles (e-mail, CRM, datamining, Business Intelligence…), les prestataires
mixant l’approche technologie et service, comme Dolist ou encore les prestataires full services.

D’autre part, il faut bien comprendre que les technologies de routage e-mail ne peuvent vivre indépendamment de l’écosystème technique et digital. Il est ainsi devenu nécessaire de se connecter à d’autres environnements.

Ensuite, on note également que la poursuite d’objectifs ambitieux de chiffre d’affaires de certains acteurs du marché n’est toujours pas compatible avec la qualité nécessaire pour maintenir la bonne réputation nécessaire auprès des FAI.

Quant à l’innovation, celle-ci viendra certainement sur les aspects périphériques à l’e-mail, comme par exemple le développement de fonctionnalités spécifiques pour adapter l’e-mail à la mobilité de manière très simplifiée pour l’annonceur.

Mais ce qui me parait le plus important aujourd’hui, c’est le positionnement pris de certains acteurs pour la création de valeur autour de l’e-mail marketing, depuis les processus d’acquisition à la valorisation des données collectées pour produire des messages à haute pertinence. Quels messages, traitement des données et scénarios seront les plus efficaces tout en respectant l’internaute ? Il existe là un véritable enjeu, tant côté prestataire
qu’annonceur.

Un dernier mot pour conclure ?

Nous te remercions pour cette occasion de prendre la parole sur Badsender, l’oppportunité pour nous de démontrer qu’il y aura toujours de la place pour les « Good Senders » et que certains prestataires œuvrent toujours en ce sens.

Informations et actualités : www.dolist.net

Related Articles

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *