Inactif ? or not inactif ? That is the question !

Mon petit doigt m’a dit que la gestion des inactifs est un sujet d’actualité pour la grande majorité d’entre vous.  
Bon et bien du coup, je vous propose donc de faire un premier point sur la définition d’un contact inactif et sur tous les avantages que vous avez à tirer de leur identification et de les placer dans un programme spécifique de réactivation ou de mise en optout. 

Ok ok, je suis bien conscient que c’est les vacances, et que l’on va tous rapidement se mettre en mode “inactif piscine et barbecue”… mais que cela ne nous empêche pas de préparer le grand nettoyage de la base de données pour la Rentrée ^^

Dans un premier temps comment définir un inactif ?  

Vous allez me dire que ce n’est pas compliqué c’est tout simplement un contact qui n’a pas ouvert (et pas cliqué) un mail depuis un certain temps. Je serais d’accord avec cette définition. Mais qu’est-ce qu’on veut dire par “un certain temps” ? Et c’est là où les choses commencent à se compliquer.  
Pour certains annonceurs la durée d’inactivité peut être particulièrement longue. Prenons par exemple une station de ski, le profil d’un actif se calcule en saison. On peut donc facilement trouver des contacts qui n’ont pas ouverts de campagne e-mail depuis au moins un an.  D’un autre côté, du point de vue d’un site de e-commerce dans le domaine de la mode, il ne faudra pas attendre un an d’inactivité pour considérer un contact comme inactif (et là pour le coup mort de chez mort…).

Donc pour définir le profil d’un inactif et la durée de sa passivité, la première question à se poser devra être chargée de bon sens et être en adéquation avec la typologie de produits ou de services que vous proposez !

Il n’y a pas de définition toute faite ni de recette magique non plus…  
Bon je ne vais pas non plus, vous laisser complètement livré à vous-même, donc voici quelques éléments à garder en tête pour définir correctement le profil d’un actif : 

  • Astuce à garder en tête : un contact qui n’a pas donné de signe de vie au bout de la troisième campagne consécutive vous montre clairement des signes désengagement. 
  • Point important également à savoir, un compte email inactif pendant 6 mois, peut devenir un spamtrap (type recycled)… et les spam traps sont hypers nocifs pour votre email-réputation.

Avec ces éléments en main, vous allez sans doute avoir envie (enfin je l’espère), de revoir la définition de vos inactifs et de lancer un comptage sur votre base de données. En testant 2 ou 3 définitions différentes d’inactifs, vous allez peut être, être surpris du poids que cela représente dans votre base de données ! 

Pourquoi est-ce que j’ai autant d’inactifs ?

Toute cela est bien joli “mais pourquoi est-ce que j’ai autant d’inactifs ?” 
Je vais vous rassurer tout de suite, il y en a dans toutes les bases de données c’est normal et surtout c’est inévitable.

En effet, les gens changent… tout comme leurs centres d’intérêts. Pour vous c’est pareil ! Il y a bien des sujets, qui, il y a 6 mois retenait toute votre attention et aujourd’hui vous laissent complètement froid. Les enfants grandissent, les modes passent, la terre tourne… 

Donc il n’y a rien de surprenant à ce qu’il y ai beaucoup d’inactifs dans votre base de données. Mais par contre c’est à vous de faire tous les efforts nécessaires pour ne pas lasser vos contacts, ne pas envoyer toujours les mêmes types d’offres. Apprenez à les surprendre pour entretenir la flamme (c’est comme avec madame ! Mais ça c’est un autre vaste sujet ^^). 

Donc on pourrait se dire que si l’encéphalogramme est complètement plat alors autant les laisser en paix ces pauvres inactifs… Alors la, pas du tout, même surtout pas !!! Il y a beaucoup de bonnes raisons pour s’attaquer au sujet (pas que ponctuellement, mais régulièrement).

Pourquoi (et comment) agir ?

Dans un premier temps pensez à vos statistiques de campagne. Si vous continuez d’inclure les inactifs à vos ciblages, il ne faudra pas vous étonner si les statistiques ne reflètent pas complètement la réalité des performances de vos campagnes, puisqu’une grande partie des contacts sollicités n’ouvrent pas et ne cliquent pas. Identifiez vos inactifs et placez-les dans un programme de réactivation.  Les statistiques des campagnes de votre plan commercial vont instantanément reprendre des couleurs. Les conclusion des analyses des résultats vont même peut être changer.

Comme vous le savez votre capacité d’aboutir dans la boite de réception (et pas en spam), AKA “email réputation” dépend très largement de la réactivité de vos contacts. Identifiez vos inactifs et les gérer, va certainement être le plus beau cadeau que vous puissiez faire à votre email-réputation et donc optimiser votre niveau de DeliverabilityGmail et Miscrosoft (entre autres) accordent beaucoup d’importance à la réactivité de vos contacts. Un annonceur dont les taux d’ouvertures et de clics sont élevés aura beaucoup moins de risques de finir étiqueté comme spammeur, vs un annonceur qui envoie ses emails en full base inactifs inclus.  Si vous avez des doutes sur votre niveau de Deliverability et de l’impact de vos inactifs sur le sujet, un audit est peut être une bonne idée.

Est-ce que vous avez déjà entendu parler de Spam TrapPour ceux qui ont besoin d’un rapide rafraîchissement des connaissances, il s’agit d’adresses emails qui, si elles sont dans votre base de données et sur lesquelles vous envoyez des campagnes, vont très rapidement dégrader votre niveau de Deliverability. Il y a 3 types de spam traps différents : Pristine, Typo et Recycled. Je ferais un article spécifique pour exposer les différences, mais pour le moment la catégorie qui vous intéresse le plus est “Recycled”. Les Spam Traps du type Recycled sont en fait des comptes e-mail inactifs depuis plus de 6 mois et que certains utilisent pour identifier les spammeurs.  Le fait d’envoyer des campagnes emails sur des spams traps, quel que soit leur typologie, va envoyer un signe extrêmement négatif aux filtres anti-spams et dégrader très rapidement votre niveau de délivrabilité. Je pense qu’il est inutile de faire un dessin, vous voyez déjà l’intérêt d’identifier vos inactifs et en même temps de vous débarrasser de vos spam traps.

Si vous avez toujours besoin d’arguments pour vous convaincre, vous pouvez alors pensez à la planète ! Des études estiment que l’impact carbone d’un mail envoyé et de 19 grammes de CO2. En d’autres termes, l’alimentation en énergie tous ces serveurs pour la conception, l’envoi, la réception et le stockage des e-mails engendre l’émission de 19g de CO2. (Si ce sujet de l’impact écologique des e-mails vous intéresse n’hésitez pas à me contacter pour que je puisse vous présenter l’initiative de Badsender que nous appelons #ZeroCarbone e-mail.

Donc faites le calcul : nombre d’inactifs x nombre de campagnes x 19g = une quantité assez astronomique de CO2 !  

Vous l’avez donc compris la gestion des inactifs n’est pas à prendre à la légère. Il n’y a que des avantages à prendre ce sujet à bras-le-corps ! 

Dans un prochaine article je vous exposerais les différentes méthodes pour identifier les contacts en perte de vitesse, limiter l’inactivité et les options de ré-activation. 

D’ici là profitez bien de votre été et n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions. 

Related Articles

Responses

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *