Comment changer de routeur sans encombre ?

Introduction :

Tout au long de mon expérience professionnelle, j’ai vu pas mal d’annonceurs faire des va-et-vient d’un routeur e-mail à un autre routeur e-mail (certains en ont même fait une spécialité mais ce ne sont pas forcément les meilleurs :p).
Quitter un routeur professionnel pour un autre routeur professionnel n’est pas aisé et certains oublient parfois des étapes importantes et commencent leur routage avec de graves problèmes de livraison (qui seront difficiles à rattraper et demanderont énormément de temps et d’énergie pour en venir à bout).

1/ Pourquoi faire cette démarche ?

Dans le cycle de vie d’un annonceur, ce dernier est amené à, au moins une fois, devoir changer de routeur professionnel. Les raisons peuvent être diverses, petit tour d’horizon des raisons que j’ai pu rencontrer ces dernières années :

  • Je ne suis plus satisfait des prestations de mon routeur actuel.
  • J’ai atteint les limites de mon routeur, il me faut une plateforme plus performante.
  • Je souhaite réduire mes coûts liés à l’e-mail, je dois trouver une plateforme moins cher.
  • J’ai cramé toutes mes IP et mon routeur ne veut plus m’en octroyer.

Même si la démarche peut être pertinente pour certaines raisons, il est important pour l’annonceur de bien préparer son départ.

2/ Les étapes clés pour une migration réussie.

a) Etape n°1 : Récupérer vos données

Cette étape consiste à récupérer les données les plus sensibles afin de les importer chez votre nouveau routeur. Ces données sont à récupérer sous forme d’export :

  • Export contenant la liste de toutes les désinscriptions.
    > Ceci vous permettra de ne pas solliciter de nouveau les e-mails s’étant déjà désinscrits naturellement sur votre ancienne plateforme, et donc évitera de générer dès le départ des plaintes (voir des blocages).
  • Export contenant la liste de tous vos NPAI (hard/soft bounces)
    > Autre export à ne surtout pas oublier, les bounces. Ce sont des données clés qui vont vous permettre d’éviter de générer trop d’erreurs au démarrage, et donc d’éviter d’être considéré comme un spammeur.
  • Export contenant la liste de tous vos plaignants (boucles de rétroaction, plaintes Abuse)
    > S’il y a bien un autre export à ne SURTOUT pas oublier, c’est bel et bien les plaintes. Ceci afin de ne pas attirer la foudre des anciens plaignants mais aussi des FAI/Webmails.
  • Export de l’historique de vos ouvertures, clics pour chaque profil
    > Ces données-là sont extrêmement importantes pour les premiers ciblages puisqu’ils vont servir à chauffer vos nouvelles IP et vos sous-domaines (sauf si vous utilisez les anciens).
  • Export de vos listes repoussoirs.
    > Il se peut que vous ou votre routeur ayez créé des listes spécifiques. Ne les oubliez pas surtout si elles contiennent des données sensibles qui peuvent impacter vos envois chez votre nouveau routeur.

b) Etape n°2 : Préparer votre nouvel environnement de routage

Votre décision est sans appel et vous avez déjà signé chez un nouveau routeur pro. A partir de ce moment, il est impératif de bien préparer votre nouvel environnement de routage en important tout d’abord vos différents exports mais aussi en contactant le responsable délivrabilité (si le routeur dispose d’une équipe) afin de mettre en place votre stratégie de routage. Ceci correspond à :

  • Définir vos typologies d’envoi (fidélisation, acquisition, transactionnel).
  • Définir vos types de business (btob, btoc, autre).
  • Définir le nombre d’IP dont vous avez besoin.
  • Définir le nombre de sous-domaines/domaines dont vous avez besoin.
  • Définir un plan de routage.

c) Etape n°3 : Préparer votre plan de routage

Une fois que votre environnement est correctement paramétré (n’oubliez pas de faire des tests de vérification au préalable en vous envoyant quelques campagnes), vous devez mettre en place un plan de routage qui vous permettra de « chauffer » vos IP & sous-domaines/domaines.
Pour que ce plan fonctionne correctement, il va falloir utiliser un ciblage très restreint et de très bonne qualité (d’où l’intérêt de votre export de vos ouvreurs / cliqueurs).

d) Etape n°4 : Le routage

Il n’y a pas cinquante façons de démarrer vos envois chez votre nouveau routeur :

  • Le « Routage Simple » : Vous avez décidé de changer de routeur de suite mais n’avez pas bien préparé votre départ. Pour bien débuter, il vous faudra être patient (à moins que votre routeur vous donne de belles IP mutualisées) et construire vous-même votre réputation. Le ciblage devra être restreint (on favorise les cliqueurs récents puis les ouvreurs récents)
  • Le « Double-Run » : Vous changez de routeur mais vous avez un peu de temps devant vous avant la fermeture du compte. Vous allez utiliser votre nouvelle plateforme pour chauffer vos IP/sous-domaines avec une partie de votre trafic qualifié et votre ancienne plateforme routera le reste. Ceci vous permettra de router une très grande partie de vos e-mails sans faire d’impasse (généralement la méthode la plus utilisée par les annonceurs).

3/ Les points de vigilance

a) L’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs

Attention, si vous quittez votre ancien routeur à cause de problèmes dont vous êtes la source, il y a de très fortes chances que vous rencontriez ces mêmes problèmes chez votre nouveau routeur.
Mieux vaut corriger le tir avant de migrer, ceci pour partir sur de bonnes bases.

b) Petit à petit l’oiseau fait son nid

Prenez votre temps pour migrer, prévoyez un planning de routage large si vous faites du « double run », ceci afin de bien préparer les nouvelles IP/sous-domaines au moment où vous n’aurez qu’un seul routeur.
Si vous n’utilisez que votre nouveau routeur, prévoyez avec lui soit d’avoir des IP déjà « pré-chauffées » ou d’utiliser quelques IP mutualisées le temps de bien préparer vos IP dédiées.

c) La casserole qu’on surveille ne déborde jamais

Ce n’est pas parce que vous respectez à la lettre les bonnes pratiques et toutes les consignes transmises qu’il ne peut rien vous arriver. Il est important de bien surveiller vos indicateurs de délivrabilité mis à disposition par votre routeur et ceux que vous pouvez trouver « gratuitement » (ou non) sur Internet.
Plus vous allez être vigilent, moins vous risquerez d’être surpris en cas d’impact. Et si ceci devait arriver, vous pourrez prendre des mesures correctives rapidement.

Conclusion :

Voilà, maintenant vous avez toutes les billes en main pour réaliser une migration quasi parfaite, du moins pour limiter les impacts sur la livraison de vos messages.
Si votre nouveau routeur ne dispose pas d’une équipe délivrabilité pour vous suivre durant ce long processus, n’hésitez pas à faire appel à nos services.
Beaucoup d’annonceurs changeant de plateforme négligent ce point d’accompagnement et ratent malheureusement leur début.

Découvrez nos services de migration de campagnes et de données

A propos de Sébastien Fischer

Sébastien est la principal intervenant autour des questions de délivrabilité dans l'équipe de Badsender. Il travail sur le sujet depuis plus de 10 ans, et a passé toute sa carrière chez des routeurs dont Emailvision, Adobe Campaign ou Cabestan.

Check Also

Brève – Changement de direction chez Selligent : John Hernandez est le nouveau CEO

L’ancien COO de Salesforce Service Cloud va prendre les rennes du leader en matière de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *